19 mars 2018 | Muriel Ide

Portrait de vigneron : Yves Plaisantin

Il se voyait musicien, étudiait en philosophie et finalement, il est devenu viticulteur. Voici l’histoire d’erreurs de parcours et de succès d’Yves Plaisantin du domaine Jaulin Plaisantin.

Yves a grandi dans le nord de l’Anjou, à Segré, une région industrielle connue pour ses mines de fer et ardoisières; son père travaillait dans le domaine vétérinaire, lui pas. Il a choisi de s’initier au métier de viticulteur par amour du vin et pour parfaire son apprentissage fait dans la Vallée du Rhône, il part en Oregon et en Virginie. Parcours atypique pour quelqu’un issu de la patrie du vin. Il découvre ce métier mais dans sa marginalité, mené par le besoin de voir ce qui se faisait ailleurs et de découvrir la planète.  

De retour au pays natal, et fort de ces expériences de vie, il replonge dans son projet d’origine : exploiter un vignoble.

Il s’associe avec un vigneron dans la Vallée de la Loire, et achète la moitié des parts de son exploitation. À la chambre d’agriculture de Tours, il fait la rencontre de Sébastien avec qui il s’associe et crée le domaine Jaulin Plaisantin. Sébastien, un homme de terrain, au sens propre, s’occupe des vignes avec deux ouvriers et Yves s’occupe de la vinification. Le travail certifié biologique commence en 2012 et n’a pas cessé depuis.

Ses vins de Chinon Le Dolmen, Les Hauts et les Bas sont offerts en importation privée.


De passage au restaurant St-Urbain, en février dernier, Yves passe de table en table, généreux de son temps, heureux d’être entouré de buveurs contents. L’accueil est chaleureux, les plats s’accordent parfaitement aux vins, c’est une belle soirée. Plus belle encore, car il est accompagné d’Émilie Riopel, sa conjointe originaire de Lanaudière; leur fillette de 5 mois en profite pour passer du temps de qualité chez ses grands-parents d’ici. Émilie connait cela la restauration pour y avoir fait ses débuts  au restaurant « Cuisine et dépendance » entre autres. C’est au détour d’une saison de vendanges en France chez les amis Causse Marines à Gaillac qu’elle va croiser le chemin d’Yves. Aujourd’hui, la femme du vigneron tient une cave à vins « La cabane à vin » à Chinon. Une autre bonne raison de s’intéresser à la région de Chinon.

PUBLIÉ DANS: Accueil, Boire du réZin, Producteurs, Uncategorized

Comments are closed.