31 mai 2013 | Geneviève

réZin lève son verre: Philippe Dupuis

Parce que réZin sans vous et sans eux, ce n’est qu’une pastille orange. Parce qu’ils illuminent notre quotidien, nous ouvrent adroitement les meilleurs flacons, nous informent et nous tiennent à l’affut de ce qui se passe dans le domaine. Parce qu’ils sont beaux, belles, drôles, patients et attachants. Voici les personnalités réZin, les zinzins, les sommeliers, les serveurs, les cuisiniers, les artisans, les amoureux et surtout, les buveurs de vins! On les aime, on en parle.
Voici une série d’articles pour apprendre à les connaître.

 

Ça commence par un des plus farfelu et pointu d’entre eux: Philippe Dupuis

 

phil

 

Nom:

– Philippe Dupuis

Lieux de travail:

– Chef traiteur sommelier en itinérance d’une part, Le Cuistot du marchand de l’autre

Âge/ nombre de bouteilles consommées à vie (moyenne):

– 34 ans, Autant de téteilles consommées que de cheveux; bref j’ai pas compté

Le premier vin que tu as acheté?

– Le premier dont je me souviens du moins: Le Trumpeter, un malbec d’Argentine, autour de 1996

Ton producteur réZin préféré?

– Henri Milan

Ton cocktail préféré?

– Le Manhattan en hiver, le Négroni ou Prosecco Négroni le reste de l’année

Qu’est ce qu’on ouvre/boit lorsqu’on pète la balloune?

– Plein de choses. Mention spéciale pour les bulles.

Un cépage que tu n’aimes vraiment pas?

– Aucun. Faut goûter; il y a toujours de l’espoir.

Un vin sous-estimé?

– le Vino Verde

Un vin en accord avec une pizza all dressed:

– Un Côte-de-Provence rouge servi un brin frais.

Ta terrasse Montréalaise préférée?

– Celle d’un bon ami. Avec d’autres bons amis.

T’en pense quoi des vins sans soufre?

– Singuliers. Parfois droits, d’autres fois déviants, mais souvent émouvants.

Sommellerie molléculaire, ça t’intéresse?

– La démarche est innovatrice. Parfois je trouve ça intéressant; d’autres fois je décroche.

Un truc pour survivre à un salon des vins?

– Goûter seulement les meilleurs producteurs mais garder un peu de place pour les découvertes, jaser un peu avec les producteurs mais moins avec les amis. Ne pas négliger le buffet s’il y a lieu. C’est succulent parfois.

Ta pire gaffe au travail?

– Éteindre la hotte de ma cuisine par erreur, Trop de chaleur au plafond, PAF! les gicleurs, le déluge, les pompiers, moi trempé jusqu’aux os et un bon rhume le lendemain.

Un conseil pour les futurs sommelier?

– Peu importe l’heure, l’état ou le produit, ne jamais manquer une occasion de goûter. Déguster, c’est saisir des opportunités.

On t’offre gratuitement un demi-hectare de vignes à cultiver, n’importe où dans le monde, tu choisis quel endroit?

– La Côte d’Azur

Mot de la fin?

– Je ne suis pas un compliqué, je ne suis pas complexé, je suis une table une tablée un repas simple ou élaboré, je suis bière je suis bulles, je suis raison ou excès, verre de cristal ou plastique, je suis douceur je suis rire.

Leçon no.4: «Rien que du vin à table, l’eau c’est pour les animaux.»

 

philippe

PUBLIÉ DANS: Boire du réZin

Comments are closed.