Print
23 février 2015 | Geneviève

Lumière sur Nicolas Potel, article de Julien Marchand

«D’une robe rouge translucide et éclatante (à peine plus foncée que certains rosés!), on retrouve au nez des petits fruits rouges et ce côté de cerises surettes que j’aime bien dans ces vins. Avec une petite touche florale et un élevage qu’on sent mais qui ne prend pas trop de place, on a tout pour donne une bonne idée de ce que peut donner un pinot bourguignon bien fait. Mais c’est surtout le côté buvabilité qu’on retient: l’acidité est franche, les tanins sont fins et on en redemande. Contrairement à l’idée préconçue de la Bourgogne, ce n’est pas nécessairement un vin intellectuel mais plutôt un vin de plaisir.

Pour bien comprendre la hiérarchie bourguignonne, il est pertinent de mettre côte-à-côte plusieurs vins du même producteurs, dans des niveaux d’appellation différents. Puisque les vins de cette maison sont bien distribuées sur les tablettes de la SAQ, il est possible de se monter une dégustation avec des amis sans trop de problèmes logistiques. Et, avec un peu de chance, vous allez vous aussi tomber en amour avec la complexité de la Bourgogne.»

L’article complet sur le blogue de Julien Marchand

 

Julien Marchand

PUBLIÉ DANS: Médias

Comments are closed.