PJT-Loonie-6.jpg
9 janvier 2013 | Geneviève

Dix vins réZin pour moins d’un vingt!

C’est janvier et plusieurs d’entre vous ont le budget plus serrés (dont moi!). Ne vous inquiétez pas, il y a moyen de bien boire sans davantage se ruiner. Voici donc mes suggestions à petits prix!

#1

Causse Marines, Gaillac Peyrouzelles – 2011  19$

À Gaillac, il existe un vigneron irréductible, mais surtout passionné pas son terroir archi-maigre et ses vieilles vignes. Un Bordelais formé à la grande école certes, mais qui n’a que peu à faire de la technologie moderne et des poudres de perlimpinpin. Comment expliquer la passion de ce vigneron pour son domaine alors que lui même nous parle de pulsions instinctives, irraisonnées et irrationnelles… Lescarret est un puriste qui n’a de respect que pour les terroirs, les cépages autochtones, les vignes, le raisin et les hommes de bonne volonté dont la seule ambition est de produire des vins possédant une âme.
Des vins de plaisir, conviviaux, reflétant l’homme et son terroir. En occitan, peyrouzelles signifie «pierres roses».

#2

 Easton – Terre Rouge, California House – 2008 18,55$

«Spécialiste des cépages rhodaniens, Bill Easton cultive la vigne à l’intérieur des terres, non loin de Sacramento où il produit des vins au tempérament fort. Toujours très satisfaisant , le Easton House – d’où le H sur l’étiquette – est une sorte de vin de soif, façon californienne. Gorgé de saveurs fruitées, vigoureux, plein d’élan et de tonus. D’autant plus agréable qu’il ne pèse pas plus de 13,5 % d’alcool. Un petit bonheur estival à savourer à lampées en accompagnement d’une bavette grillée… » **** (millésime 2008)
Michel Phaneuf, 16 août 2011, vwww.michelphaneufvin.com

#3

St-Chinian 2009, Domaine la Madura 17,65$

«Le millésime 2009, tout juste mis en bouteilles en septembre 2012, sera commercialisé – on se croise les doigts bien fort – pour la période des fêtes. Il est tout simplement magnifique ! Voilà du travail d’artistes, en l’occurrence Nadia et Cyril, venus de leur Bordeaux natal pour découvrir de belles parcelles de syrah, de mourvèdre, de carignan, de grenache et de sauvignon blanc, réparties en périphérie du domaine, dans l’arrière-pays languedocien. Un peu plus de 14 hectares, dont un qui produit des vins blancs naturellement souriants, plein de vie, paysans sans être rustiques, attachants et digestes. Il n’y a qu’à goûter ce rouge en 2008, riche et coloré, habité par son terroir de schistes, résonnant en profondeur, magistralement lié par des tannins denses et de belle maturité, pour se convaincre que ces doués de la vigne maîtrisent bien leur sujet, pour lequel ils s’investissent avec une passion manifeste. Mettez quelques bouteilles de côté en attendant le 2009. Dans les deux cas, un magret de canard, une daube ou une charcuterie fera parfaitement l’affaire.»
Jean Aubry, Le Guide Aubry 2013

 #4

St-Jean de la Gineste, Corbières Carte blanche – 2010 15,50$

AUBAINE! «Sur leur domaine d’une quinzaine d’hectares près de Narbonne, Dominique et Marie-Hélène Bacave ont la réputation de produire d’excellents Corbières. Offert à prix d’aubaine, le Carte Blanche se montre particulièrement charnu et intensément fruité dans sa version 2005. Un assemblage fort réussi de carignan, de syrah et de mouvèdre lui assure beaucoup de présence en bouche, le tout est soutenu par une structure à la fois franche et souple. Difficile de demander mieux à ce prix.» * * * *
Michel Phaneuf, Le guide du vin 2008

#5

 Jean-Luc Matha, Marcillac cuvée Lairis – 2010 16,35$

GRAPPE D’OR **** «Jean-Luc Matha est un acteur majeur de cette appellation qui compte à peine 160 hectares de vignes dans les montagnes de l’Aveyron à une soixantaine de kilomètres à l’Est de Cahors. S’il ne pèse pas plus de 12 % d’alcool, son Laïris a malgré tout une bouche ample, nourrie de saveurs nuancées et distinctives. À prix d’aubaine, une invitation à découvrir le goût unique des bons vins de Marcillac. C’est un régal !»
Le Guide du vin 2010, Michel Phaneuf

#6

Cave des Vignerons d’Estézargues, Côtes du Rhône Signargues La Montagnette – 2011 15,95$

**** AUBAINE «Dans la continuité des millésimes précédents, un vin rouge savoureux dont les parfums gourmands sont enrobés d’une matière charnue et généreuse, qui laisse en bouche une impression à la fois vibrante et rassasiante. Encore meilleur après une aération d’une demi-heure en carafe. Un achat du tonnerre à ce prix !»
Le guide du vin 2012 – Phaneuf

# 7

Domaine de Boissan, Côtes du Rhône Villages -Sablet Cuvée Clémence – 2010 18,25$

**** L’AUBAINE « Depuis plusieurs années, un excellent vin, tout à fait dans l’esprit de l’appellation Sablet, c’est à dire sans grande puissance, mais friand et gorgé de goûts de fruits mûrs. Sans doute favorisé par la générosité du millésime, le 2009 a plus de mâche que d’habitude; charnu, beaucoup de fruit et des tonalités de cacao. Onctueux, généreux et rassasiant de fraîcheur. Extra! »
Nadia Fournier, Le Guide du Vin 2012 – Phaneuf

# 8

Domaine des Vins de Vienne, Côtes du Rhône les Cranilles – 2011 18,05$

« Les Vins de Vienne, c’est le fruit de l’association de trois des plus talentueux êtres de cette belle région. Villard, Pierre Gaillard et Yves Cuilleron. Vienne, c’est la ville du Côte-Rôtie. «Les Cranilles» est issu de parcelles dispersées dans la gigantesque appellation Côte du Rhône, et des cépages grenache, syrah et mourvèdre. […] Il faut dire qu’ici, le grenache, ses épices et son fruit gourmand, signale sa présence. Des parfums d’olives noires et de terre mouillée couronnent le tout. La bouche est toute en rondeur, charmeuse mais élégante à la fois. Du fruit noir bien mur, des épices, poivre, thym, romarin. Un vin gourmand, complexe, équilibré, aux tanins soyeux. Prix plus que correct. Pour accompagner cerf ou caribou nappés d’une sauce aux fruits noirs.»
David Santerre sur le millésime 2010

#9

Silvio Grasso, Dolcetto d’Alba – 2010 17,80$

La viticulture est au cœur de la famille Grasso depuis 1927. Alessio Federico (le propriétaire actuel) a pris la relève de son père Silvio. Aujourd’hui il exploite 11 hectares (27 acres), avec son épouse Marilena, et leurs fils Paolo, un oenologue diplôme en technologie alimentaire, le tout sous l’œil toujours attentif et bien actif de son père, Silvio. Ils signent chaque année une gamme de cuvées exceptionnelles révélant chacune le caractère unique et propre de leur « terroir ». À la vigne, un travail respectueux de l’environnement, suivant les principes de l’agriculture naturelle ou l’utilisation d’engrais organiques, l’enherbement volontaire entre les rangs de vigne et l’intégration de pratiques oenologiques limitant au minimum l’utilisation du soufre et des produits à base de cuivre y sont pratiqués.

#10

Quinta la Rosa, Douro – 2009 19,65$

«Région à surveiller de près, le Douro déborde d’aubaines en matière de rouges savoureux et structurés. Celui de Quinta La Rosa offre fruits rouges et noirs bien mûrs, dans un boisé plutôt discret. Présence en bouche, tannins solides sans dureté, bonne structure et persistance, d’un charme délectable, il accompagnera à merveille les côtelettes d’agneau aux herbes de Provence.»
Nick Hamilton, Le Voir, 27 janvier 2011.

1 commentaire PUBLIÉ DANS: Boire du réZin
  1. I was very pleased to find this internet-site.I wanted to thanks on your time for this glorious read!! I undoubtedly enjoying each little little bit of it and I’ve you bookmarked to take a look at new stuff you blog post.