13 septembre 2012 | Geneviève

Beaux Bordeaux

Après quelques heures de route avec Jean-Philippe, nous arrivons à Ruch, au sud de St-Émilion, dans le Libournais, au Château Côte de Cassagne.

Nous accédons au domaine en passant par la cours arrière d’une petite maison, entourée de jouets, de bicyclettes, de chaloupes en voie de réhabilitation, et même d’une piscine de jardin,  sûrement celle des deux jolies gamines qui nous accueillent: Fanny et Lyla.Tout autour de ce joyeux lieu de vie se trouve la majorité des vignes,  hormis quelques parcelles un peu plus éloignées, mais tout de même aperçues au loin  (2 hectares en totalité).

C’est un très sympathique Cyril Chancelier qui nous fait visiter les modestes installations. Cyril vinife aussi au grand Château Jacques-Blanc, qui lui permet de financer une bonne partie de l’équipement du domaine. D’ailleurs, lors de notre visite, sera livré un oeuf de Nomblot : le deuxième de mon voyage (le 1er étant chez Elian da Ros).

 

«Les cuves à vin Nomblot sont utilisées par les plus grands producteurs dans le monde.  Avec ses quatres cuves à la forme insolite, il tente un nouveau challenge. Elles sont élaborées en ciment d’argile, leurs parois poreuses permettent une micro- oxygénation du vin. Dans cet œuf géant, les lies sont soulevées en permanence par un courant interne en forme de vortex. La vinification est similaire à l’élevage sous bois, sans ses arômes caractéristiques. La cuve est inspirée des dollias romaines, grosses jarres contenant des liquides ou des graines et construites suivant le nombre d’or; ce nombre d’or aussi étudié comme une clé explicative du monde, particulièrement pour la beauté.»

Que retrouve-t-on dans cet oeuf? Très peu ou quasi aucun souffre! Mais surtout, un goût du terroir et celui de ce Merlot que certains méprisent avec ferveur. «Du Merlot, c’es juste bon à distiller!», me disait récemment un restaurateur Montréalais.

On reconnaîtra dans ces propos incendiaires, une trop petite offre sur le marché. Il est vrai qu’ils sont ardus à trouver ces bons Bordeaux issus de petits domaines, des emblèmes d’un terroir riche en histoire, des vins purs. Trop de cépages locaux arrachés, trop de Merlots et de Cabernets plantés pour n’en faire que du simili-Languedoc, trop de vins boisés, maquillés.
Ça manque d’amour quoi!

N’empêche ! J’ai eu espoir! J’ai dégusté et j’ai aimé. Du Merlot de Bordeaux, bon à vouloir rester pour la soirée…

Voyons voir l’avis de Steve Beauséjour, notre charmant représentant, Docteur Vino pour les intimes, sur deux vins du domaine.

« Bordeaux supérieur – Côtes de Cassagne – 2009: Ça goûte super bon! Étonnante fraicheur pour le millésime 2009, plein de fruit, finale qui rappele un peu les vins de la Loire. Une pointe chaleureuse, mais ça reste du Bordeaux accessible et super agréable à boire. Au point où je me boirais bien une bouteille à deux!

La Bordeaux supérieur – Fanny – 2009 a plus de pronfondeur, de concentration et d’allonge. On sent aussi un peu plus l’élevage, mais tout de même bien assimilé par la matière. Très belle longueur et peut-être un peu moderne probablement dû au millésime. Sûrement aussi, car j’ai l’habitude de boire des bordeaux plus old school et austère.
Franchement, je recommanderais cette maison à tous les gens qui ont envie de découvrir du Bordeaux qui coule bien!» Steve Beauséjour

 

«En 1998 nous avons acquis le Château Côtes de Cassagne. Il est situé sur le plateau de ruch, réputé pour ses terres de rochers donnant de trés bon vins rouges, puissants au niveau des tannins et naturellement riche en alcool. Nous avons deux cuvées: le Côtes de Cassagne vin produit depuis 1998 et le Fanny cuvée élaborée en 2000 en l’honneur de la naisance de notre fille. Depuis 2009 nous avons rajouté une cuvée, le Lyla rouge un vin de table qui porte le nom de notre deuxième fille. »

Château Côtes de Cassagne

Disponible en importation privée chez réZin.

 

PUBLIÉ DANS: Boire du réZin

Comments are closed.