beau3
14 juin 2013 | Geneviève

réZin lève son verre: Alex Landry

Parce que réZin sans vous et sans eux, ce n’est qu’une pastille orange. Parce qu’ils illuminent notre quotidien, nous ouvrent adroitement les meilleurs flacons, nous informent et nous tiennent à l’affut de ce qui se passe dans le domaine. Parce qu’ils sont beaux, belles, drôles, patients et attachants. Voici les personnalités réZin, les zinzins, les sommeliers, les serveurs, les cuisiniers, les artisans, les amoureux et surtout, les buveurs de vins! On les aime, on en parle.

Voici une série d’articles pour apprendre à les connaître.

 Nous continuons avec un beau barbu du Bas du fleuve, le charmant: Alex Landry

beau

Nom:  Alex Landry
Lieux de travail: Le Vin Papillon (très prochainement)

 

Âge / nombre de bouteilles consommées à vie (moyenne):
27 ans / Buveur actif depuis 4 ans, à raison de 5 bouteilles par semaine. 4 X 52 X 5 = 1040bouteilles. La bière compte ?

 

Le premier vin que tu as acheté? Hugel, riesling je pense. Ça sentait un peu la Labatt 50.

 

Ton producteur réZin préféré? Pacalet l’été, Ganevat l’hiver.

 

Ton cocktail préféré? Dirty Landry : Campari, vodka, ouzo, jus de pamplemousse, estragon.

 

Qu’est ce qu’on ouvre/boit lorsqu’on pète la balloune? Un vin de colère. Joseph Swan, Zinfandel

 

Un cépage que tu n’aimes vraiment pas? Sémillon, ça goûte la Pabst chaude.

 

Un vin sous-estimé? Les Cour-Cheverny, le Romorantin, le plus 70′s des vins.

 

Un vin en accord avec une pizza all dressed: Sauce régulière : Ostertag – Muscat Fronholz !Sauce épicée : Ostertag – Pinot Gris Fronholz

 

Ta terrasse Montréalaise préférée? Les parcs en général.

 

T’en penses quoi des vins sans soufre? Boire mieux, boire plus !

 

Sommellerie moléculaire  ça t’intéresse? Un jour, peut-être…

 

Un truc pour survivre à un salon des vins? Savoir ce que l’on cherche avant d’y entrer.

 

Ta pire gaffe au travail? Mettre le feu à une table avec une lampe à l’huile.

 

Un conseil pour les futurs sommelier? Vaut mieux avouer qu’on sait pas tout que de raconter n’importe quoi.

 

On t’offre gratuitement un demi hectare de vignes à cultiver, n’importe où dans le monde, tu choisis quel endroit? La Moselle.

 

Mot de la fin? Une carte des vins, c’est un éditorial, une prise de position. Les noms de vigneron qu’on y place représentent des opinions et des conceptions précises face à l’agriculture d’aujourd’hui. Le respect du travail de ces gens prime sur tout. Sans exception.

 

 

 

 beau2

PUBLIÉ DANS: Boire du réZin

Comments are closed.